Rallye Tout Terrain - Championnat de france

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Souvenirs d'enfance

Envoyer Imprimer PDF

Les courses de mon père

Un petit récapitulatif de la carrière de pilote de mon père. Comme beaucoup de pilotes, il commence par copiloter tout d'abord sur le route:

 

En 1974, il prends le volant sur des slaloms:

En 1979, c'est le début d'une longue histoire avec le rallye tout terrain. Avec son copain Yves Carré, il construit un buggy propulsé par un moteur de 1600cc. Le chassis, la carroserie, les moules... tout est fait dans un sous sol.
La première sortie à l'infernal 1979 sera un gros coup. Ils font de très bon temps et ils se classent dans le top 10 avant que leur carnet de bord soit perdu... Une histoire qu'ils ne digèrent pas.

 

Après une période d'absence, il récupère une cox 1101 qu'il transforme en Bugster. En 1985, il commence au Jean de la Fontaine 1985 avec Jean Clause Bouquet comme copilote.

Eh oui, la petite tête blonde, c'est moi... Je suis tombé dedans très tôt -)

Cette première course ne sera pas une réussite... Crevaisons et problèmes de démarreur.
Après de multiples modifications, l'année 1987 est l'année de gloire pour cette auto.

 

Comme tout va bien, c'est le moment de faire de grosses modifications. La voiture ne va pas assez vite. Mettre un plus gros moteur ou alléger.... Ce sera alléger avec une carrosserie de LM en poly

C'est plus léger mais ça ne fonctionnera pas. Le chassis ne tient plus aussi bien la route. L'auto est vendue.
Mon père retourne dans le baquet de droite avec Rudy Nicolli sur un Punch.
Le Jean de la Fontaine 1989 est une très bonne course avec une 11ème place scratch.

Le punch est vendu à Tétard et Rudy achéte le Strakit de Gérant. Le couple 21 turbo et chassis ne prendra pas. Une succession d'abandons.



Une nouvelle période d'absence jusqu'en 1994. Retour sur le premier Buggy de Fabrice Rivet au pays d'ouche avec Guy Vosniac comme copilote. On ne prendra pas le départ sur fuite d'huile. Puis, c'est le Jean de la Fontaine. Abandon le dimanche matin sur problèmes d'embrayage. Un week-end de course sous la pluie. Le terrain était très cresé. Pour terminer la saison, nous allons au cidre et pommiers. Nous terminons enfin la course malgré un pignon de marche arrière HS et une sortie le diamnche après midi.

1995... Changement de copilote pour retourner avec Jean Claude Bouquet. Jean de la fontaine: Abandon au bout de 2 ES sur problème de vase d'expension. Direction le perche pour un week-end catastrophique: Moteur cassé le samedi après midi et perte des clés du fourgon....

1996: Dernière saison avec cette auto très robustre mais pas super fiable par notre faute. Le Jean de la Fontaine, c'est encore un abandon le samedi après midi sur problème de bobine.

Cette auto était indestructible mais assez ancienne. Il aurait fallu investir dans des amortisseurs modernes et une boite de vitesse car la boite 4 Pelin était un peu juste.

Mon père commence a en avoir assez de cette auto et il décide d'acheter une plus grosse auto. Il investie dans un Rivet 4x4 équipé d'un PRV.
Première course au cidre et Pommiers. Abandon le dimanche matin sur problème d'embrayage. Cette année là, le terrain était très sec et le mécanisme s'est rempli de poussière.

 

Jean de la Fontaine 1997. Une très bonne course. L'auto fonctionne à merveille et c'est enfin l'arrivée.

Dernière saison en 1999 avec cette auto avant de la vendre à Burley. C'est alors que je commence à courir en tant que copilote. Mais c'est une autre histoire.

Mise à jour le Mercredi, 25 Mars 2009 10:37