Rallye Tout Terrain - Championnat de france

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Terre du Gâtinais 2010: Vincent en tête du championnat

Envoyer Imprimer PDF

Vincent Poincelet - Julien Riviere - Copyrigh JFC

Pour cette nouvelle édition du rallye Terre du Gâtinais, le plateau s’est aminci. La faute à personne mais les faits sont là. La proximité du Baretous, la conjoncture, l’arrêt de la compétition de plusieurs équipages dans le nord…  En revanche, une chose ne change pas : la qualité de l’organisation toujours au top. Félicitation à toutes ces personnes de l’ombre.

Le parcours compte 4 spéciales différentes dont le prologue qui empreinte la fin de la spéciale de la Sucrerie. Le parcours n’étant pas trop difficile à reconnaitre, j’arrive le vendredi matin vers 7h30 au gite afin de recopier les notes que Vincent à pris la veille.

Nous faisons 2 passages pour contrôler les notes. Au parc, plusieurs séances de mécanique sont en cours : 1) Philippe Carmel a détecté un problème sur un cardan de la colonne de direction qu’il change grâce à la solidarité de Bruno Coet qui dispose de la pièce. 2) Macaya a cassé la commande de boite de vitesse dans le nez de boite. Il n’a pas la pièce et notre assistance en la personne de Sylvain Knoll et Alexandre Baille se lancent dans une partie de mécanique pour réparer. 3) Jérôme Bos attend son auto qui est encore chez Vincent Foucart. En effet, Jeudi, il est allé calibrer son nouveau moteur (Ex Caze) mais Vendredi matin, en faisant un dernier essai, une goupille casse dans la boite de vitesse. Il faut ouvrir et réparer. L’auto arrivera à la dernière minute, juste pour les vérifications administratives.

17 équipages sont autorisés à prendre le départ en 2 roues motrices dont 3 Tomahawks. Dans les favoris, on retrouve Jérôme Helin qui a prouvé qu’il savait être rapide, Jérôme Bos équipé d’un nouveau moteur plus puissant, Michael Caze et son pilotage très agressif et précis, Arnaud Deléans qui espère que le chat noir est enfin sorti de sa voiture, Mathieu Darsouze qui a l’auto la plus puissante des 2 roues motrices, enfin Vincent Poincelet qui est avant tout là pour reprendre la tête du championnat en vu du Jean de la Fontaine.

Nous rentrons au parc fermé avant de prendre le départ pour le prologue vers 19h. Nous n’avons pas du tout l’impression que le rallye va commencer et il est difficile de se concentrer.

Vincent Poincelet - Julien Riviere - Copyrigh JFCES1 : Nous partons 15min après le dernier 4 roues motrices sur un terrain très sec en Michelin. La nouvelle caméra est en place. Nous avons hâte de tester les nouveaux disques de freins. Le chronométreur lance le décompte… C’est parti pour 400m D90, au premier freinage, l’auto s’arrête bien. On continue sur un enchainement Gauche Droite et de nouveau un D90 qu’il faut annoncer plusieurs fois pour que Vincent décide de le prendre. C’est rare qu’il n’écoute pas. On arrive dans une partie avec de gros trous et nous avons prévu de passer à gauche le long du champ. Au moment d’arriver sur cette zone, des pneus ont été ajouté à gauche du chemin et il n’est plus possible de passer à gauche. On passe à bloc dans les trous et l’auto se lève à la verticale de l’arrière (Cf. Vidéo). Ca nous refroidit un peu. Les freinages suivants sont un peu trop tôt. Les ballots de paille sont très proches du chemin et les bidons interdisent de se rapprocher de la corde. Justement, dans une corde, Vincent se rapproche trop d’un bidon et on touche avec le capot avant. Un peu plus loin, on s’appuie un peu à l’accélération sur un ballot… Et hop, l capot avant et le capot arrière sont cassés…

On réalise le 2ème temps à 2’’8s d’Helin (4’47’’6s) qui est parti le couteux entre les dents. Caze réalise le 3ème temps à 9’’7s suivi par Darsourze à 3’’3s. Coet se montre une fois de plus très rapide, il réalise le 5ème temps en 5’09’’0s suivent ensuite Maresse, Déleans, Jore, Dalmasse, Verrier, Martin, Carmel, Dubernet, Porton, Besnard et Macaya qui abandonnera sur problème de commande de boite : la réparation de l’après midi n’a pas tenue.

Jérôme Bos ne verra pas la fin de cette spéciale, il heurte un bidon et il casse 2 triangles.

Nous rentrons au gite où nous avons pour voisins Alain Pierrine. Le temps de quelques verres tous ensemble, nous refaisons cette première spéciale.

Vincent Poincelet - Julien Riviere - Copyrigh JFCSamedi 24 Avril

ES2 : Bréau : 8,350km : Nous nous élançons 11ème entre Herbert et Monchaux. Ce matin, il faudra être mieux réveillé que vendredi. La première grande ligne droite nous met en conditions mais le freinage n’est pas sur. L’auto n’est pas très stable au freinage et on n’a pas une impression de puissance du freinage. A la sortie du bois, on voit Jérôme Helin sur le bas côté en train de faire de la mécanique sur une roue avant. Une touchette ? Non, juste une rotule qui a perdu son clips mais dans sa folle envie de liberté elle  a tordu la biellette de direction. C’est l’abandon. Nous faisons le scratch en  6’20’’5s,  Darsouze fait le 2ème temps en 6’25’’6, Caze 6’28’’3,  Maresse 6’35’’0, Deléans 6’35’’9,  et Coet 6’41’’8.

ES3 : Lorcy : 13,400km : Spéciale Fatale pour les 2 roues motrices. Dans ce chrono, Deléans casse sa boite de vitesse (couple conique), Philippe Carmel casse le moteur et Bruno Coet arrête lui aussi sur problème de boite. Pour nous, la spéciale est difficile car nous avons un étrier de freins arrière qui est resté bloqué et qui a trop fait monter en température nos freins. Résultat, au milieu de la spéciale, nous n’avons presque plus de freins et Vincent doit pomper pour récupérer un peu de freins. Michael Caze avec son Tomahawk plus léger, fait le scratch dans cette ES en 10’23’’8. Nous sommes à 2s. Darsouze s’illustre en faisant de nouveau le 3ème temps en 10’53’’5 devant Jore 11’36’’7 et Dalmasse 11’45’’2. Maresse rencontre des problèmes d’embrayage et il abandonnera dans l’ES suivante.

A l’assistance, nous nous penchons sur le problème des freins arrière. Il y a 2 pistons qui restent grippés sur un étrier d’où le problème de chauffe et le déséquilibre de l’auto au freinage.

ES4 : Bréau 2 : Il ne reste déjà plus que 9 deux roues motrices. Vous avez dit sélectif… Les freins semblent vouloir nous aider et l’auto est plus stable. On réalise le scratch en 6’07’’3 devant Caze 6’16’’5, Verrier 6’52’’0, Dalmasse 6’53’’3, Darsouze 7’04’’1 qui a des problèmes moteur. Il ne repartira pas du parc d’assistance.

ES5 : Lorcy 2 : Nous avons modifié la répartition du freinage pour en remettre plus sur l’avant car l’échauffement des disques n’est pas similaire entre l’avant et l’arrière (plus chaud à l’arrière). Cette fois, on va voir si les freins sont présents ou pas. Ca va beaucoup mieux. L’auto freine et ça remet en confiance pour attaquer de nouveau. On réalise le scratch en 10’12’2 devant Caze 10’19’’4, Jore 11’30’’4, Dalmasse 11’42’5. Il y a 2 batailles en cours : la première entre Caze et nous et la seconde entre Jore et Dalmasse pour le gain de la 3ème place.

ES6 : Bréau 3 : Nous faisons de nouveau le scratch en 6’04’’5 devant Caze qui a décidé de rester au contact au cas où nous aurions un problème. Tant que le drapeau à damiers n’est pas passé, tout peu arriver. Thomas Jore fait le 3ème temps en 6’54’’0 juste devant Dalmasse 6’55’’6.  Au soir de cette 2ème journée, Nous sommes en tête avec 34’’9s d’avance sur Caze, Dalmasse est 3ème à 6’18’’8. Il possède 1’37’’6 d’avance sur Jore qui a écopé de 1min30 de pénalité pour avoir pointé en retard lorsqu’ils ont changé un triangle de suspension.

Au 6 deux roues motrices qu’il reste en course, viendront s’ajouter Jérôme Bos qui a reconstruit grâce à José Castan un triangle de suspension, Dubernet et Verrier en super rallye.

Dimanche 25 Avril

Le soleil est toujours au rendez vous et il y a très peu de rosé matinale. Au programme de la journée, 5 spéciales : Lorsy – Fays : 8,160km et La Cayennerie : 14,450km.  Ce matin nous sommes bien réveillés et le premier chrono se passe très bien. On réalise le 6ème temps en 6’12’’2 suivi de Caze en 6’18’’4, Dubernet 6’52’’6, Bos 6’57’’6, Jore 6’58’’9, Verrier 7’00’’9, Dalmasse 7’04’’1.

Vincent Poincelet - Julien Riviere - Copyrigh JFCVincent Poincelet - Julien Riviere - Copyrigh JFCVincent Poincelet - Julien Riviere - Copyrigh JFC

ES8 : La Cayennerie : Nous avons décidé de continuer de rouler pour rester concentré et accroitre encore un peu notre avance. Une crevaison sur ce type de terrain nous ferait vite perdre 1min. On réalise le scratch en 10’02’’4, Caze reste fidèle à la 2nde place en 10’17’’2, Bos fait 10’48’’7 mais il n’est pas satisfait de son nouveau moteur, Dubernet 10’57’’0. Dalmasse fait 0’’7s de mieux que Jore dans cette spéciale. Ca reste serré.

ES9 : Michael annonce qui va baisse le rythme pour rallier l’arrivé. Nous roulons à notre main et nous faisons mieux que lors du premier passage : 6’05’’5 et Caze 6’20’’2. Jérôme Bos se sen de mieux en mieux avec l’auto et il réalise le 3ème temps en 6’23’’1. Pour la 3ème place, c’est toujours la bataille entre Jore et Dalmasse. Dans cette spéciale, Nicolas est devant Thomas pour 2’’5s.

ES10 : On s’améliore de nouveau dans ce passage en réalisant le 7ème temps scratch en 9’53’’5. Michael Caze fait le 2ème temps en 10’20’’7 mais il y a un bruit très inquiétant dans la boite ou le pont. Un craquement pas habituel. Il ouvre la boite de vitesses lors des 35min d’assistance pour contrôler l’état des pignons, mais il n’y a rien de visible.

ES11 : Le but est d’arriver au bout. Michael ne peut plus venir nous chercher sauf abandon, donc il fau dérouler. Dans la première chicane, un drapeau Jaune est agité : Christophe Coste est arrêté sur le bord de la piste. Il semble avoir touché dans la chicane et une roue arrière est endommagée. C’est l’abandon pour eux. Dans la spéciale, nous voyons Michael dans une ligne droite opposée. Il roule toujours. A l’arrivée, nous attendons Michael… On le voit arriver au loin. On se gare et on le laisse passer devant nous. Il fait 2m et la voiture se bloque au milieu de la route. Marche et arrière, puis ça repart. On reste derrière en se disant que l’on pourra peut être l’aider. Notre allure est lente et on surveille l’heure.  A 900m du parc d’assistance, le Tomahawk s’immobilise. On se met à sa hauteur et nous avons la même idée… terminer en marche arrière. Michael et Elodie terminent en poussant l’auto. Ils rentrent au parc d’assistance puis au parc fermé en marche arrière. Il ne fallait pas faire trop de kilomètre comme ça mais tout se termine bien.

Le podium sera 100% écurie « Jean de la Fontaine » : Vincent Poincelet, Michael Caze et Nicolas Dalmasse. C’est supe sympa de se retrouver tous les 3 sur le podium.

Vincent Poincelet - Julien Riviere - Copyrigh JFCOn termine 7ème au classement générale, Michael termine 8ème et Nicolas 14ème. A noter que seul 7 deux roues motrices terminent cette course très exigeante mais très bien organisée.

Les nouvelles chicanes au format FIA composées de 5 obstacles exemple : G-D-G-D sont très bien faites car elles ne permettent plus d’ouvrir les chicanes. En revanche, il faudrait éviter de faire ces chicanes avec des pneus remplis de béton. De gros ballots de paille sont suffisant pour cette configuration de chicane. 

Rendez vous à Soissons pour le Jean de la Fontaine où nous serons très motivés. Michael Caze sera absent (24h du Maroc) mais Nicolas Larroquet, Jérôme Helin, Grégory Goni, Pierre-Jean Renoulleau ainsi que tous les autres seront présents. Un beau plateau pour cette épreuve revue et corrigée pour nous offrir un maximum de plaisir.

Classement final ICI

Merci à Yann (Quader64) pour les vidéos ainsi qu’à nos photographes : Jean François Collombet, Maxence Lamy, Photos-sport.fr

 

 

Mise à jour le Mardi, 15 Juin 2010 16:48