Rallye Tout Terrain - Championnat de france

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Rallye Orthez 2010: Résumé

Envoyer Imprimer PDF

V Poincelet - J Rivière - Ets RUBIO - Copyright RobertoGoni malchanceux… Poincelet en finesse

Pour la 10ème édition du rallye d'Orthez Béarn, 23 équipages en 2 roues motrices se sont déplacés pour la 7ème épreuve du championnat. Avec presque 2 victoires d'avances, Vincent Poincelet fait office de favoris mais rien n'est joué pour la 2nde place du podium: Pocheluberry, Larroquet, Caze ou bien encore Goni et Helin peuvent la remporter.

 

Jeudi 5 Aout :

Je rejoins toute l’équipe qui profite du rallye pour prendre des vacances. J’arrive à Pau en fin de journée puis direction Saint Suzanne. Soirée conviviale avec Renoulleau, Goni, Deléans… Après un apéritif qui s’est prolongé dans la soirée, le repas est le bienvenu. Vers 0h30, je pars me coucher car demain matin, il faut faire les 6 spéciales dans la matinée.

Vendredi 6 Aout :

7h00 : Il est l’heure de recopier les notes du dimanche. Elodie m’a déjà retranscrit les notes du samedi du dictaphone sur papier. Nous passons la matinée à reconnaitre. Premier constat, c’est très cassant et il faudra rouler intelligemment pour préserver la mécanique. Deuxième constat, malgré l’état du terrain, ça va rouler très vite et il faudra prendre en compte le facteur poussière.

Vers 14h, nous nous présentons aux vérifications puis, c’est l’attente jusqu’au briefing de 17h (qui aura lieu 45min en retard) puis de nouveau attente jusque 19h07 pour notre sortie du parc fermé. Ces attentes sont franchement barbantes et il faudrait travailler sur ce point en vu du règlement 2011.

Sallespisse 1 : De la poussière… que de la poussière. Nous sommes content de partir 1er 2 roues motrices et ainsi bénéficier de 5min d’écart avec le dernier 4 roues motrices. Nous avons monté les Michelins. Il s’avère que ce n’est pas forcément le bon choix. Dans les épingles, l’auto sous-vire à cause des racines des arbres et on termine dans les tas de poussières à l’extérieur du virage. Impossible de trouver de la motricité dans cette poussière. On est presque à l’arrêt. Dans l’épingle suivante, on essaie de rester plus à la corde, mais l’auto sous-vire de nouveau. Résultat, on fait ne profite pas de notre position avantageuse sur la piste. On réalise le scratch mais Larroquet est à 0’’7s, Helin à 1’’4s. Hirigoyen est déjà aux avant poste : il fait le 4ème temps à 10’’8s devant Renoulleau, Gaillacq, Darsouze, Goni, Pocheluberry, Bidart et Maresse. Arnaud Deléans casse sa courroie d’accessoire, il repartira en super rallye le samedi.
Ce soir, couché tôt… Demain, la journée va être longue et difficile.

Samedi 7 Aout :

D Pocheluberry - Copyright FaneAubin 1 : La poussière ne s’évacue pas. 15s avant de prendre le départ, on commence à apercevoir le premier virage qui est à 100m. Nous partons derrière les frères Urrutia connu pour leur générosité au volant. Ca se vérifie. Nous ne voyons presque rien et nous cherchons les chicanes, les virages et Vincent a du mérite de rouler dans ces conditions. Nous n’avons pas assez de repères visuels dans nos notes mais il y a aussi très peu de repères sur le terrain. A l’entrée d’un sous bois pour un G 200m après, Vincent freine au moment où il voit le virage mais le sol est constitué de galets et l’auto ne veut pas ralentir. Il rentre tout ce qu’il peut comme rapport, joue avec les freins et essaie de balancer l’auto car un arbre et pile dans notre ligne de mire… Par miracle, on s’immobilise juste à côté. Moteur calé… Ouf… Derrière nous, Nicolas Larroquet n’aura pas cette chance. Il touche l’arbre, l’auto est renvoyée de l’autre côté de la piste puis elle s’immobilise le ski avant sur un pont. Demi train avant arraché et quelques tubes de la cellule de touchés sans que celle-ci soient déformées. C’est l’abandon pour Nico que l’on ne devrait pas revoir cette année sur les chemins du championnat. Courage, l’année prochaine sera meilleur. Après cette frayeur, nous sommes plus prudents. Nous faisons tout de même le scratch en 8’11’’6. Jérôme Helin est juste derrière à 5’’9s suivi par Goni en 8’26’’8, Gaillacq, Hirigoyen, Renoulleau, Darsouze, Sansot, Maresse et Cazalet. Damien Pocheluberry, parti en pneus mixte, se met dans un fossé. Il lui faudra 12min pour en sortir.

Sallespisse 2 : Nous avons mis les Technospeed. Nous ne savons pas sur quel rythme rouler dans cette spéciale. Nous décidons d’être propre et sage. Helin fait le scratch en 4’03’’8. Il revient à 2’’1s de nous. Il est suivi de Renoulleau toujours très à l’aise dans ce type de spéciale très cassante, Goni à présent dans le rythme, Nous en 4’08’’8, Gaillacq, Hirigoyen, Darsouze, Pocheluberry, Maresse et Galarregui.

Aubin 2 : Le vent se lève un tout petit peu. Assez pour chasser la poussière et nous permettre de voir où l’on va. Nous sommes bien décidé à reprendre de l’avance dans cette spéciale qui nous convient. Vincent attaque. Il y a du rythme et nous faisons le 7ème temps scratch. Helin reste dans le coup, il n’est qu’à 5s. On est revenu à la même situation qu’avant Sallespisse 2. Gaillacq fait le 3ème temps sur cette spéciale rapide qui ne correspond pas trop au genre de terrain qu’il aime. Suivent Goni, Pocheluberry, Darsouze, Hirigoyen, Maresse pas à l’aise en ce début de rallye, Deléans, Bidart et Cazalet qui prend peu à peu la mesure de sa nouvelle monture qui bénéficie de toutes les évolutions que Vincent a fait sur le Fouquet. A l’assistance, une petite erreur de compréhension fait que l’on ne change pas de pneus pour Loubieng. A la table de pointage, Vincent me demande : « On va faire Castener… Eh, non, c’est Loubieng…. » Oups… On n’a pas fait le bon choix. Dans le parc de regroupement, nous sommes les seuls en Michelins dans le top 20… Sur le routier, on en discute et on se dit que vu le type d’herbe et le terrain très sec, que ce n’est peut être pas un si mauvais choix. Il y a bien un petit bourbier en bas d’une descente dans les bois mais après tout, en JWRC, ils roulent avec ces pneus quelques soient les conditions. De toute manière, il faudra faire avec.

F Cazalet - Copyright FaneLoubieng 1 : Je suis super stressé à cause de notre choix. Je ne suis pas dans le rythme. Dans les bois, je me perds 2 fois de suite… Ca ne va pas du tout. A l’arrivée, j’ai 5’25min à ma montre… On regarde sur le tableau, ça nous met dans le top 4… Le temps est confirmé par le carnet. Notre choix était pas si mauvais -) Greg Goni fait le 2ème temps des 2 roues et le 6ème temps scratch à 1’’9s de nous. Ca y est, Greg est de retour. Pocheluberry cravache pour revenir et espérer marquer quelques points en vu du championnat. Il fait le 3ème temps devant Gaillacq, Hirigoyen, Cazalet, Darsouze, Maresse, Bidart et Deléans. Helin tape et abime un triangle. Il force pour essayer de sortir de la spéciale mais c’est l’embrayage qui cède à son tour.

Castetner 1 : Peu après le départ, un commissaire remonte la piste en agitant un gilet de sécurité, nous ralentissons jusqu’au moment où nous voyons Herbert garé dans le bois. Nous accélérons de nouveau. La spéciale est très défoncée. Nous assurons dans les endroits cassants pour préserver la mécanique. En 5'58’’2, nous faisons le 8ème temps scratch et le scratch en 2 roues. Goni est à 1’’7s. Gaillacq est 3ème suivi par Pocheluberry toujours à l’attaque, Hrirgoyen, Cazalet, Etcheverry et Boutet. Renoulleau renonce sur casse de la courroie d’accessoire (espérons que le moteur n’est rien car sur le RS, la courroie d’accessoire passe souvent dans la distribution) ainsi que Medou.

Loubieng 2 : Nous remettons les Michelins, ça à bien fonctionné la première fois. On améliore de 3s notre temps pour réaliser le 7ème temps scratch. Goni est encore un fois tout proche à 2’’7s. Pocheluberry est à 7’’4s. Lorsque Damien ne fera plus ces petites erreurs qui lui coutent chers, il sera un sérieux client pour la victoire. Mathieu Darsouze part en tonneaux et abandonne. Galarregui doit aussi rendre son carnet de bord.

Castetner 2 : La spéciale est annulée : trop de blocages dans le 1ère passage. Ce n’est pas pour me déplaire. Elle est vraiment trop abimée. Il faudrait prévoir de gros travaux pour la remettre en état.

G Goni - Copyright FaneSamedi soir, le bilan de la journée est positif pour nous : 1er des 2 roues mais surtout 6ème au scratch. Greg Goni est 2nd à 47’’1s. Rien n’est fait, une crevaison et on remet les compteurs à 0.
Gaillacq est 3ème à 1’14’’8 suivi par Hirigoyen sur la 2nde Clio Moncet : 1’47’’8, Cazalet fait une course sage, un peu refroidit par ce qui est arrivé à Nico, il prend doucement la mesure de sa nouvelle auto. Il occupe la 5ème place à 3’06’’8s. Déléans en super rallye (sans ses pénalités il serait à cette place) est suivi par Etcheverry et Bidart qui inaugure sa nouvelle carrosserie style Tomahawk. Boutet fait sa course devant Maresse dont la journée a été difficile, Pocheluberry, Hacala, Lavigne et Lassalle complètent le classement.

Dimanche 8 Août :

La soirée du samedi a été calme pour nous. Nous avons pu nous endormir au son des chants basques !

Sainte Suzanne 1 : Petite attente au départ de la spéciale le temps que tous les 4x4 soient sorties. La décision est prise de lancer Favy dans la spéciale. De notre côté, pour le moment, il a été décidé de continuer de rouler en s’amusant sans prendre de risques. Hormis de la gloire, il n’y a rien à gagner, sauf des ennuis, à continuer de rouler vite. Nous avons mis les Technospeed pour préserver la mécanique. Les impressions que j’avais en quad se confirment : la spéciale est rapide. Je suis sur un petit rythme dans mes notes. Pas trop de tempo. J’ai vraiment envi que l’on arrive au bout de ce rallye. Pas d’attaque aujourd’hui -) On réalise tout de même le 9ème temps et le scratch en 2 roues. Pocheluberry confirme en faisant le 2ème temps à 4’’6s devant Gaillacq à 10s, Hirigoyen 10’’9s, Bidart 17’’6s, Goi 18’’3s et Cazalet 25’’9. Gaillacq revient à 19’’4s de Goni qui n’est pas bien réveillé.

Lanneplàa 1 : Goni se réveil et signe le 2ème temps à 6’’1s de nous. Il reprend un peu d’avance sur Gaillacq qui lui est sous la menace d’Hirigoyen qui revient très fort. Boutet rend son carnet.

Sainte Suzanne 2 : Le terrain se creuse dans quelques freinages. Vincent roule un peu plus fort et dans une compression j’ai le souffle un peu coupé malgré le fait que je sois très fortement sanglé. Damien Pocheluberry qui connait très bien cette spéciale est de nouveau très proche du scratch : 3’’7s de nous. Hirigoyen complète le top 3 à 11’’5s. Goni perd de nouveau du temps sur Gaillacq.

F Hirigoyen - Copyright RobertoLanneplàa 2 : Dans la première montée, nous faisons attention aux transmissions. Nous soulageons. Un peu plus loin, une grosse pierre est à gauche du chemin sur la trajectoire. On la voit à la dernière seconde et on ne peut pas l’éviter. On la tape. L’auto se décale et Vincent la rattrape. Nous sommes à 1km du départ. Dans les Gauches qui suivent, je sens l’auto qui glisse plus et Vincent me confirme que l’on est crevé. Pour le moment, la 2nde chambre à air tient le choc. On fait super attention dans tous les Gauches et on roule normalement dans les Droits. La 2nde chambre à air tient pendant 4km mais très vite, on sent et on entend le pneu se déformer et se coucher. Le temps semble super long dans ces conditions. Je regarde si je ne vois pas Simmonite dans le rétro. Rien pour le moment. Sur les 2 derniers kilomètres, dans les bois, le pneu est complètement mort. On fait super attention mais il faut continuer d’avancer tout de même. Résultat, 45s de plus que lors du 1er passage. Ca va encore, ça aurait pu être pire. Hirigoyen fait le scratch devant Pocheluberry 8’’1s, Gaillacq 11’’5s, Goni 18’’1s, Cazalet 30’’4s, Nous 39’’4s, Etcheverry 1’00’’5s. Avec ce scratch, Hirigoyen revient à 13’’3 de Gaillacq. La bataille pour la 3ème place va être chaude. Goni est à 1’07’’7s de nous.

Sainte Suzanne 3 : Goni relève la hauteur de caisse et passe avec les Michelins. Il pointe 10s en retard à cause d’une coupelle d’amortisseur. Ca paie aussitôt. Il fait le scratch en 6’43’’5 mais Hirigoyen est à 0’’2s. Nous sommes 3ème à 1’’9s devant Pocheluberry 9’’5s et Gaillacq 11’4s. Ce dernier est maintenant en sursis car Hirigoyen est à 2’’1.

H Gaillacq - Copyright FaneBounobre 1 : Vincent a décidé de se faire plaisir sans prendre de risque et me demande de mettre du rythme… Ok, c’est parti. On fait des passages dans les bois super sympa avec un gros rythme tout en assurant dans les accélérations. Scratch en 6’11’’7. Hirigoyen fait une spéciale sans faute et prend la 3ème place à Gaillacq qui était sous pression. Il fait un tête à queue au bout de la grande ligne droite dans les champs. Il est maintenant à 5’’9 d’Hirigoyen. Mais Hervé n’est pas décidé à se laisser faire. Il tente le tout pour le tout dans Bounobre 2.

Bounobre 2 : Après une attente de 60min, nous partons pour cette dernière spéciale. La spéciale de tous les rebondissements. Gaillacq tient sa promesse et fait le scratch en 6’19’’0 mais Hirigoyen fait le 3ème temps à 1’’8s. Pas suffisant, il est 4ème. Au parc fermé, on ne voit pas Grégory Goni. On apprend qu’il est arrêté dans la spéciale. Il doit renoncer sur un problème d’embrayage à 3km de l’arrivée.

Nous gagnons et le podium est donc complété par Hirigoyen (1’45’’2) et Gaillacq (1’49’’3). Un Fouquet et 2 Moncés. François Cazalet a fait une course sage. Il a fait ce qu’il fallait faire : prendre de l’expérience avec cette nouvelle auto. Il n’a pas eu de problèmes. Il rejoint le parc en 4ème positions à 5’13’0. Etcheverry prend une très belle 5ème place devant Bidart pas épargné par les problèmes. Pocheluberry prend la 7ème place et marque des points importants en vu du championnat. Il conserve ainsi sa 2nde place. Hacala complète le top 8. Félicitation à eux. Denis Lassale, en proie à des problèmes de moteur, et Jean François Lavigne clôture ce classement.

H Bidart - Copyright FaneCe fut un très beau rallye, cassant et rapide. Seulement 10 2 roues motrices à l’arrivée (45%). Une fois de plus, les 2 roues motrices terminent dans le top 10 : 8, 9 et 10ème avec dans temps dans le top 5. Ces autos sont vraiment formidables. Pour nous, c’est une victoire qui a beaucoup d’importance. Elle nous rapproche du titre qui pourrait se fêter en haut de la Madeleine début septembre.

Rendez-vous aux Cimes pour un rallye atypique.

Crédit Photos: Fane, Roberto,Claudine

Mise à jour le Vendredi, 17 Septembre 2010 19:34