Rallye Tout Terrain - Championnat de france

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Plaines et vallées 2010: Résumé

Envoyer Imprimer PDF

V Poincelet - J Rivière - Plaines et vallées 2010 - Copyrigth Guillaume76Plaines et Vallées: 27 & 28 Novembre 2010

Une dernière pour l’honneur

Pour cette 37ème édition du rallye Plaines et Vallées, l’équipe d’organisation emmenée par Fabien Daigneaux avait revu le découpage de l’épreuve afin d’alterner une spéciale de plaines avec une spéciale moins typée. Ce découpage et la curiosité de rouler aux plaines et vallées a mobilisé 91 équipages. Pour notre part, Vincent est arrivé le jeudi avec Elodie quant à moi, je les ai rejoins vendredi matin.

Jeudi :

C’est par un froid glaciale et sous la neige que Vincent et Elodie ont reconnus les spéciales du samedi et plus rapidement celles du dimanche.

Vendredi :

Départ de bonne heure d’Amiens et arrivée, après un épisode neigeux, vers 9h à Saint André. Elodie, qui roule avec Julien Grenier, m’a déjà recopié les notes de 3 spéciales au brouillon. Merci -) Avec Vincent nous partons faire Serez qu’il n’a pas eu le temps de prendre en notes. Le froid nous transit. Il faudra faire avec, c’est le charme du Plaines et Vallées. Nous enchainons les spéciales afin de tout boucler avant de manger. Finalement, nous rentrons à la ferme vers 14h30. C’est le point final de nos reconnaissances. La spéciale de l’Habit est magnifique, elle est variée et assez boisée ce qui apporte un peu de piment. La spéciale de Coudres est fidèle ainsi que Saint André. Petit regret, on fera Serez de jour…. Dommage, de nuit, cette spéciale est encore plus belle.

L’après midi, je recopie les notes et vers 18h30, nous nous dirigeons vers les traditionnelles vérifications administratives et techniques. S’en suit le briefing avec de nombreuses modifications d’horaires. Un petit additif manuscrit photocopié à la hâte aurez été bénéfique, on en reparlera plus tard.

Samedi :

Nous sortons de parc fermé à 11h08 ! Dernier petit check-up au parc d’assistance avant de se rendre au départ de la spéciale de l’Habit qui a pris du retard (petit sabotage avec des clous sur la piste puis de nombreux spectateurs mal placés). Peu avant le départ, nous sommes détendus. Je crois que c’est la 1ère fois que je suis si zen avant le départ. Bien que l’auto de Vincent soit vendue et qu’elle parte dimanche soir juste après la course dans le sud ouest, il n’y a pas d’autre enjeu que de rouler pour offrir une dernière victoire à cette magnifique auto qui nous aura apportée 2 titres et 15 victoires en 3 saisons.

Nous avons donc la volonté de rester aux contacts des autres pilotes de la catégorie qui sont nombreux à pouvoir s’imposer : Nico Larroquet, Greg Goni, François Cazalet et Matt Lee. Comme d’habitude, nous sommes très sages sur la ligne de départ. Hors de question de mettre 7000 tr/min et de tout lâcher…. 3000 tr/min et nous cherchons de la motricité. Le terrain est très très glissant. Vincent se bat avec l’auto pour la tenir sur la piste. Les freinages sont très prudents. Dans la forêt, Vincent me demande d’accélérer le rythme des notes. Tout se passe bien, nous corrigeons une notes trop optimiste et c’est déjà l’arrivée. Vincent me demande mon avis sur ce que l’on vient de faire : nous avons tous les 2 le sentiment d’avoir été trop prudent. On pense en prendre 10s par les autres pilotes. C’est tout l’inverse. Lorsque je donne mon temps à Béatrice, elle m’annonce que c’est le 6ème temps scratch. En fait, nous sommes 7ème. En 2rm, Nico est à 12’’5s, Cazalet 14’’1s et Goni à 16’’6s. Bruno Coet fait des merveilles et se positionne comme le leader des autos plus anciennes. Il devance Matt Lee qui a perdu sans direction assistée. Macaya doit déjà renoncer.

ES2 : Coudres : Le départ a été reculé afin d’éviter de longer le fossé très profond qui se trouvait à gauche du chemin du départ. Une bonne décision car les traces ne portaient pas très bien. Le départ est donc donné sur la route. Une vraie patinoire. Vincent annonce la couleur : « tu vois le panneau de fin de zone, on n’aura pas de motricité avant…, on va donc partir comme à un CH ». Effectivement, on part super lentement. Tellement doucement que François Cazalet pensait que l’on avait cassé. La sonde de température d’eau nous donne des informations erronées. Nous décidons de mettre le 2nd ventilateur tant que l’on ne sait pas si on chauffe ou pas. Résultat, dans la spéciale, le moteur passe sous les 60° et il ne donne plus toute sa puissance comme l’année dernière sur ce même rallye. Toujours assez inquiétant en spéciale d’avoir le Honda qui plafonne à 7000tr, même si ça ne dur que quelques secondes. Nous roulons toujours proprement sans aller jouer les freinages. On fait de nouveau le scratch avec 8’’2s sur Goni et 14’’3 sur Cazalet. Nico Larroquet n’est pas à l’arrivée. La courroie accessoire s’est cassée et elle est passée dans la distribution. Moteur cassé. Une saison noire pour Nico. Après plusieurs saisons sans abandons, il les collectionne cette année. Courage Nico, ça reviendra. Bruno Coet continu d’être rapide. Il devant Lee, Burley, Vautier et Maresse pas à l’aise sur ce terrain.

ES3 : Nous rentrons et nous sortons aussitôt du parc de regroupement compte tenu de notre bon temps dans la 1ère spéciale. Le terrain est moins glissant mais il détruit les pneus très vite. Les 2 pneus arrières sont déjà arrondis alors qu’ils étaient neufs. Greg Goni est 2nd à 15’’4s de nous suivi de Cazalet à 0’’5s. Lee est 4ème devant Maresse et Coet. Arnaud Deléans se réveille et commence à se mêler à la bataille.

ES4 : Nous décidons de partir sans la rampe de phares. Ca devrait le faire, sauf gros blocage de 30min. Nous avons du être 3 ou 4 à pouvoir passer sans les phares en 2rm. Arnaud Deléans est de retour. Il fait le 2ème temps ex aequo avec Matt Lee. Ils devancent Goni, Burley et Cazalet.

Avant la nuit, le classement est le suivant :
1er : Poincelet
2ème Goni +1’01’’2
3ème Cazalet +1’12’’1
4ème Lee + 1’40’’0
5ème Coet +1’48’’0
6ème Burley +2’07’’1

ES5 : La rampe de phares est maintenant indispensable. Nous avons régler notre petit problème de sonde de température. Nous essayons de faire encore une spéciale avec ces pneus… Petit passage par le parc de regroupement d’Ezy et retour sur la ligne de départ de l’Habit. Vincent adore ce genre de conditions et je sais qu’il va essayer d’attaquer. Rapidement, je me rends compte que l’auto motrice moins bien et que Vincent se bat vraiment avec pour la faire avancer. Les pneus sont vraiment trop usés et il n’a pas été judicieux de notre part de les laisser pour cette spéciale. Ce n’est pas grave. Au prix d’un pilotage très spectaculaire (cf. caméra embarquée) nous faisons le scratch en 2rm. Greg Goni est 2nd à 18’’7s suivi par Cazalet à 2’’5s, Coet à 0’’6s de François. A noter le très bon temps de Maxime Capel qui réalise le 7ème temps juste devant Nicolas Dalmasse. Vautier se sort dans la spéciale. Julien Grenier, qui arrive derrière, ralenti suite au drapeau jaune du commissaire. Manque de vitesse, l’auto décroche totalement pour aller heurter les arbres. Il casse sa rampe de phares (Greg, tu vois qu’ils ne sont pas incassables-). Il recule mais il se pose sur une souche. C’est l’abandon après avoir luté pendant 15min pour essayer de se sortir de cette situation. Il repartira en super rallye le dimanche.

ES6 : Vincent s’amuse littéralement la nuit. Il roule comme le jour. François Cazalet colle 7’’1s à Greg Goni, ce qui lui permet de revenir à 6’’4s de Greg. Coet continu son bonhomme de chemin. Il fait le 4ème temps. C’est aussi sa position au terme de cette première journée à seulement 47s de Cazalet. Compte tenu de la différence de technologie entre nos autos, c’est une performance exceptionnelle.  Lee Matt est 5ème suivi par l’exceptionnel Georges Burley. Maxime Capel occupe une prometteuse 7ème place. Il précède Gregory Boucher qui suit sa feuille de route et règle doucement ses amortisseurs. Nicolas Dalmasse est 9ème juste devant Fouasse et Lafleur. Quant à nous, nous avons 1’48’’9s d’avance sur Greg Goni. La seconde journée s’annonce bien.

Après avoir passé 45min à faire le tour de toutes les stations, c’est finalement à Dreux que l’on trouve du super 98… Ouf… Une petite raclette et il est l’heure de se reposer.

Dimanche :

C’est sous un froid encore plus glaciale que nous nous levons. Le sol est gelé ce qui ne dit rien de bon. Nous débutons la journée par 45 min d’assistance. Rien à signaler sur la voiture. Direction Serez. Surprise, au départ, Alain Pierrine est en 6ème position. En fait, ils se sont égaré sur le parcourt de liaison qui était super court en terme de temps. Résultat 50s de pénalités. En voyant partir les 4rm, on comprend rapidement que ça ne motrice pas. A notre tour… Effectivement, les pneus ne prennent pas dans le sol gelé. C’est comme conduire avec les pneus de monsieur tout le monde sur la neige… Jusqu’en 6ème, on patine… Il faut tout le talent de Vincent pour conserver l’auto sur le chemin. On fait le scratch. Greg Goni est à 9’’4s et Cazalet à 24’’1s. Georges Burley fait des merveilles, il est 4ème. Maxime Capel part à la faute, il fait 2 tonneaux. Julien Grenier, en super rallye, casse son moteur et Guillaume Bourdier abandonne sur sortie.

ES8 : Saint André : Il y a nettement plus de grippe dans cette spéciale très rapide. Cazalet continu de se battre avec Goni. Il cravache pour refaire son retard accumulé dans la 1ère spéciale de la matinée. Arnaud Deléans fait le 4ème temps devant Burley et Dalmasse. Malheureusement, Bruno Coet doit renoncer. Dommage, il faisait une très belle course.

V Poincelet - J Rivière - Plaines et vallées 2010 - Copyrigth Guillaume76ES9 : La petite pellicule de terre en surface du chemin a été décapée. Le sol est encore plus glissant. D’ailleurs, les temps sont plus mauvais pour nous tous de prêt d’une minute. C’est Greg Goni qui fait le scratch. Il devance Cazalet de 23’’3s et nous de 23’’5s. Burley continu d’étonnait, il fait le 4ème temps. Greg Goni conforte ainsi sa 2nde place.

ES10 : Le terrain dégèle dans cette spéciale. Nous réalisons de nouveau le scratch devant Goni, Cazalet, Deléans, Bulrey et Fouasse. Nico Dalmasse fait de bon temps et il se rapproche doucement mais surement de Gregory Boucher.

ES11 : Nous restons longtemps bloqués au départ. Quatre 4x4 se sont sortis et on fait des tonneaux. On discute entre les pilotes de 2rm et on se dit que la direction de course va prendre la décision d’annuler cette spéciale. Il n’en sera rien. Vincent Foucart s’élance… Il faudra être prudent. Dans l’habitacle, il y a beaucoup de concentration et un peu d’appréhension. Il ne s’agirait pas de se sortir. Nous décidons de rouler comme le tour précédent, c'est-à-dire avec beaucoup de prudence. A l’arrivée, nous sommes soulagés d’en avoir terminé. Greg Goni fait le scratch pour 2’8s sur nous et 10’’3s sur Cazalet. Cette spéciale fait des dégâts : Deléans, Lecat (bidon) et Portron.

ES12 : La dernière des dernières avec cette auto. Il règne dans l’auto un grand silence. Juste quelques mots pour échanger que l’on doit rester concentré. Puis le décompte : 5 – 4 – 3 – 2 – 1 … Go… Au bout de 400m, j’ai bien compris que l’on va rouler concentré. Vincent attaque. Il semble décidé à se faire plaisir pour la dernière spéciale avec le Fouquet et lui offrir un dernier scratch pour conclure la saison comme elle a démarré il y a 8 mois à Arzacq. C’est super agréable de rouler comme ça. Le passage dans le petit bois est un régal. Les virages arrivent et nous sautent au visage. C’est déjà la fin de la spéciale. J’aurai aimé qu’elle soit 3 fois plus longue… mais toutes les bonnes choses ont une fin. Nous réalisons ainsi le dernier scratch du Fouquet avec 25’’2s d’avance sur Matt Lee, 27s sur Goni et 32s sur Cazalet. Nicolas Dalmasse coiffe Gregory Boucher sur le poteau. Il lui passe devant dans cette dernière spéciale pour 11’’1s.

Nous rentrons donc l’auto au parc fermé. Elle sera à présent pilotée par Damien Pocheluberry.

Cette édition s’est bien déroulée malgré les conditions difficiles.

A noter qu’une décision commune de Sylvain Omnes, Denis Boucher et Fabien Daigneau a permis de modifier les conditions du tirage au sort du challenge du nord présenté sur le forum avant le Plaines et Vallées. Ainsi, les convives du repas organisé par l’ASACA samedi soir on passé une bonne soirée et Alexandre Thion s’est vu offrir les engagements aux rallyes du Gâtinais, du Jean de la Fontaine et du Plaines et Vallées. Félicitations Messieurs les organisateurs -)

Maintenant, rendez vous début 2011, c’est sur, mais quand. Au rallye du Jean de la Fontaine, impossible de la manquer. Avant de rouler à Soissons, il faudra forcément une séance d’essai, donc le Gâtinais semble idéal… Et si tout se passe bien… pourquoi pas le Labourd. Dans tous les cas, se sera à côté de Vincent, dans un nouveau Fouquet 4rm, propulsé par un moteur Honda S2000 un peu plus puissant que celui-là.

Mise à jour le Lundi, 07 Mars 2011 22:11