Rallye Tout Terrain - Championnat de france

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Rallye Chasse Marée 2011: Résumé

Envoyer Imprimer PDF

Copyright MATT76

Daniel Favy gagne, Vincent Poincelet confirme avec un podium acquis tout au long du week-end. Enfin Alain Pierrine sauve sa 3ème place après un dimanche musclé de Patrick Poincelet.

Après 3 mois d’absences, c’est avec un certain plaisir que je retrouve, jeudi matin, Vincent à Longueville sur scie, plaque tournante de cette 2nde édition du rallye, pour reconnaitre les 4 spéciales.
Nous commençons par la spéciales de Sauqueville qui a été allongée par rapport à 2010. Elle comporte plusieurs portions de goudron mais elles sont intéressantes. La fin est identique à 2011. La spéciale d’Anneville est nouvelle. Le départ est donné sur un pont pour aussitôt une montée dans un sous bois assez encaissée et rapide. Le départ de la première spéciale du dimanche est donné dans la ville d’Auffay, ambiance garantie. Enfin, la spéciale de « La Chaussée » se situe sur les hauteurs de Longueville avec  des portions connues.
A noter que les spéciales passent devant de très nombreuses habitations et qu’il semble y avoir une bonne ambiance sur le bord des routes.

Vendredi matin, je recopie mes notes pendant que Vincent réalise un tour complet avec Julien Grenier. L’après midi, nous passons une nouvelle fois pour ajuster et corriger certaines notes. Ce terrain est assez technique et les pièges sont assez nombreux. En fin d’après midi, nous nous dirigeons vers Dieppe afin de passer les vérifications administratives et techniques. L’organisation est très bonne et nous passons rapidement. Résultat, à 19h30, nous sommes tous dans le parc fermé.
Samedi matin, nous nous réveillons sous les nuages. Nous vérifions la météo et il n’est pas prévu de pluie. C’est décidé, nous partons en Michelins.

Sauqueville 1 :

Avant le départ, je suis très stressé et je n’arrive pas trop à maitriser mon stress contrairement à d’habitude. Les horloges officielles ont des difficultés pour se synchroniser et nous avons 2min de décalage par rapport à nos montres.
Le chronométreur décompte… et c’est parti. Une chose est sur, le moteur a retrouvé toute sa puissance. L’auto tourne au carré et la motricité est bonne. Il nous manque un peu dégressivité dans les épingles pour faire pivoter l’auto en sous virant moins. Nous reprenons la spéciale de l’année dernière que Vincent connait bien. Ca roule très vite et j’ai hâte de voir comment ça passe dans le petit bois avant la prairie. Dans l’herbe l’auto motrice très bien et nous soulageons au moment de rentrer dans le bois pour le gauche sans appuis. Au bout, l’épingle droite est serrée mais ça pivote bien. On passe le droite au Libinski s’est sorti l’année dernière puis le gauche et Vincent monte les rapport pour sortir du bois en serrant tout à droite. Ca sort super vite et nous voici déjà en haut de la bosse. Ca sauteeeeeeeeeee loin et nous rebondissons sur une bosse alors que nous aurions atterrir avant. Au moment où les roues retouchent le sol, nous sommes déjà trop loin. Nous sommes dans l’herbe humide et nous tirons tout droit dans la clôture (encore de mon côté). On arrache plusieurs piquets et les fils qui vont avec. Vincent crie, il pense s’être cassé la main. Je l’encourage à essayer de sortir de la spéciale. On verra au point stop et au besoin j’appellerais ma chérie pour faire un examen à distance. Vincent lutte et termine les 1,5km qu’il reste. Il passe la ligne d’arrivée au pas, ce qui ne le lui ressemble pas. Je suis inquiet. Je descends au point stop pour faire le tour de la voiture et enlever les fils de fer qui sont restés accrochés à la carrosserie. Résultat, 6ème temps à 9’’5 de Favy. Dommage, nous étions bien partis pour faire le scratch. Sur le routier, Vincent retrouve doucement l’usage de sa main. Il passera le reste du week-end à mettre de la pommade afin de réduire la douleur. A l’assistance, nous faisons le tour de la voiture, elle semble intacte à l’exception de la carrosserie que arbore un style griffé.

Anneville 1 :

Nous sommes un peu refroidi par cette première spéciale. De plus, nous avons monté les Technospeed car nous pensons que ce sera mieux dans les champs et surtout dans les pâtures. Nous partons derrière Cyril Omnes dont le moteur s’est transformé en un moteur 2 temps (1l d’huile par spéciale). Le début de la spéciale se déroule sans problèmes. Nous arrivons dans la grande pâture où un freinage sur herbe en descente nous attend pour une épingle gauche très très serrée. Drapeau Jaune agité, nous ralentissons et nous voyons Cyril et Sylvain encastrés dans les arbustes en bas de la pâture. Cyril descend de l’auto. Nous passons doucement et nous repartons. Le droite/gauche en forte montée se passe bien mais s’il pleut, ça ne sera pas la même histoire. Avec ces pneus nous faisons attentions dans la remontée sur le goudron. Le passage de route entre les maisons après les 800m de ligne droite ne passera pas à fond ce tour ci. Nous nous dirigeons vers l’arrivée et sa chicane. En effet, nous casser la vitesse, des ballots de paille ont été dépassés sur le chemin ce qui nous oblige à monter sur le talus. Nous arrivons un peu fort sur les freins et nous n’arrivons pas à sortir des traces. Marche arrière, calé… La totale. Nous faisons 6’05 (qui sera corrigé sur les bandes chrono en 5’54. Il semble que nous soyons une dixaine à avoir des temps meilleurs, certainement une erreur des horloges qui se sont synchronisées au cours de la spéciale).

Sauqueville 2 :

Nous remettons les pneus secs. La météo est menaçante mais nos prévisions à une heure disent qu’il fera beau au Sauqueveille qui se trouve à 20km. C’est le bon choix. Nous sommes très réactifs et nous pensons même faire le scratch sauf que Michael Caze améliore de 0’’4s.

Anneville 2 :

Nous restons en Michelin  comme Favy. Pierrine et Caze sont en Gras, Omnes et mixtes. Les choix sont très différents. Il s’avère que les Michelins étaient le bon choix. Nous passons beaucoup plus fort le long des bois sur ce chemin très difficile. Nous avons un meilleur grip et nous tirons plus court ce qui nous avantage dans les champs où la puissance manque un peu face au Nissan et au Subaru.  2ème temps à 2’’1 de Favy.

Sauqueville 3 :

Il pleut beaucoup au parc d’assistance et nous devons passer par un parc de regroupement. Notre météo nous annonce du beau temps à Sauqueville alors qu’au parc il pleut très fort. Je demande à mon père et à celui de Vincent d’aller dans la spéciale. Ils nous annoncent qu’il y a du vent mais que le ciel est noir. Nous décidons de jouer la carte de la prudence. A tord, arrivé à Sauqueville, il y a encore du soleil et le sol est sec. Au loin, nous apercevons Daniel Favy en avance par rapport aux passages précédents. Daniel a décidé de creuser l’écart en faisant une spéciale à fond. Il réalise le scratch 12’’3 devant Caze qui abandonnera à la suite de cette spéciale sur problème de boite de vitesses. Nous sommes 6ème à 16’’8.

Anneville 3 :

La question des pneus ne se posent pas. Il pleut très fort sur la spéciale et nous sommes bloqué au départ. Nous gardons les portes ouvertes de l’auto car la buée est forte. Par conséquent, nous sommes mouillée jusqu’aux os ! L’orage est de plus en plus fort et une partie de la spéciale ne passe plus. La direction de course prend la sage décision de neutraliser la spéciale.
Selon nos calculs, nous sommes 3ème en cette fin de première journée. Il s’avérera que nous seront classé 2nd suite à la correction du temps dans l’ES2.

Dimanche, la pluie ne cesse de tomber depuis 5h du matin. Une pluie normande : forte et fournie ! L’antibuée est notre ami.

Auffay 1 :

La pluie de la nuit a rendu la première partie de la spéciale dans les bois très délicate. Lund couche un arbre. Chopin éprouve des difficultés dans l’épingle gauche très serrée. La course est bloquée plusieurs fois. Le directeur de l’ES prend la décision de repousser le départ de 2km. Nous partons avec 1h de retard. Le chemin est remplie d’eau et l’adhérence est très précaire (Cf. vidéo embarquée). Nous essayons de rester sur le chemin ce qui est très délicat. Nous faisons le 3ème temps à 13’’9 d’Omnes qui continue d’attaquer pour prendre le maximum de points en vue de conforter sa 3ème place au championnat. Favy fait mieux de 5’’2 que nous. Derrière, les Simmonites sont 4ème à 15’’7s. Grégory Vincent, en super rallye, est à 0’’6 des Simmonites. Dommage que la fiabilité ne soit pas encore présente car Grégory fait des temps de plus en plus proches des meilleurs. Pierrine est à 22s de nous ce qui nous permet de repasser devant à la régulière (sans cetet erreur de temps à notre avantage de l’ES2).

La Chaussée 1 :

Nous avons décidé d’essayé d’attaquer le plus possible en vu de revenir sur Favy. Nous partons donc très motivié. Vincent fait le maximum. Il freine tard, reste le plus possible en ligne et accélère tôt. A l’arrivée, nous voyons que Favy a fait mieux de 4’’2. IL est vraiment très en forme et il faudra se contenter de maintenir la pression mais il sera difficile à la régulière d’aller le chercher. Omnes continue d’attaquéer, il réalise le 2ème temps. A noter les bons temps de Bonsey et Deléans en 2rm qui rentrent dans le top 10 (9ème et 10ème). Maresse abandonne alors qu’il était solidement tête. Burley David vient aggraver les dégâts de l’auto en ne respectant pas le drapeau jaune. Il les touche et arrache le train avant de son rivet.

Auffay 2 :

Il pleut encore sur la liaison mais la pluie devrait s’arrêter au moment de prendre le départ. Effectivement, 2min avant le départ, le soleil revient pendant 15min. Ca ne change pas grand-chose car les chemins sont plein d’eau. Il y a des ornières et des traces dans tous les sens. Certains sont allés jardiner très très loin. Favy fait une spéciale parfaite, nous sommes 2nd à 7’’5. Omnes est 3ème à 6s et Patrick Poincelet est 4ème. IL fait le forcing pour revenir sur Pierrine moins à l’aise dans ces conditions. Nouveau top 10 pour Bonsey qui prend la tête des 2rm.

La Chaussée 2 :

Il pleut toujours mais l’antibuée fait son effet. Nous nous faisons plaisir avec un rythme soutenu. Une alerte en ligne droite lorsque le témoin de pression d’huile s’allume. Je scrute tous les manomètres, la pression d’huile est à 5 bars, la température d’eau est à 90°, tout va bien. Certainement un faux contact. En fin de spéciale, le compte tours ne fonctionne plus. Nous faisons le 2ème temps à 2’’5 de Favy. Patrick Poincelet se dépasse pour faire le 3ème temps à 1’’2 de nous. Pierrine est à 1’’4 derrière.
Au parc d’assistance, nous apprenons que le 3ème passage dans Auffay est annulé. Favy n’arrive plus a démarrer. Il faut le pousser. Son démarreur est HS et il n’aura pas le temps de la changer. De notre côté, nous séchons les connectiques du calculateur et nous retrouvons le compte tour. Nous identifions le problème du témoin d’huile qui est tout simplement cassé. Nous rentrons tous au parc de regroupement en vu du dernier passage dans « La Chaussée ».

La Chaussée 3 :

La pluie est de plus en plus forte. L’eau coule sur la route et on se demande comment sera la spéciale. 2km après le départ, juste après un droite/gauche, on découvre un torrent d’eau devant nous. Trop tard, Vincent se jette sur les freins mais nous passons avec beaucoup de vitesses. L’eau passe au dessus de l’auto et pendant 2s, on ne voit plus rien. Intérieurement, j’espère que le moteur n’a pas aspiré d’eau. Non, il fonctionne parfaitement. Nous continuons sur un rythme nous permettant de rentrer au parc fermé. Pierrine fait le scratch afin de conserver sa 3ème place scratch.

C’est avec beaucoup de joie et de soulagement que nous rentrons au parc fermé. Daniel et Laurent étaient les plus forts ce week-end. Nous avons fait une belle course et restant au contact. Après analyse des caméras embarquées, nous avons identifiés les axes de travail pour la course à venir.

Alain Pierrine compléte le podium. Il devance Patrick Poincelet, Les Simmonites, Soares qui a passé Thion dans les ultimes spéciales et Omnes qui revient à la 8ème place. Deléans remporte le challenge 2rm et se rappelle au bon souvenir de tous. Il devance Vladimir Macaya.

Ce rallye fut très bien organisé, la direction de course a été très intelligente. Félicitations à toute l’équipe d’organisation qui était désolée de nous offrir un temps si humide. Bravo à vous et aux spectateurs très nombreux malgré les conditions très difficiles.

 

Mise à jour le Mardi, 15 Novembre 2011 20:25