Rallye Tout Terrain - Championnat de france

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Rallye Orthez Béarn 2012: Résumé

Envoyer Imprimer PDF

Copyright Fane AdonfUn rallye sous tension

Le 12ème Rallye d'Orthez Béarn se déroulait ce week-end dans les environs de la ville d'Orthez dans le Béarn. Avec 84 partants, le plateau de cette 12ème édition était relevé.

Samedi, le terrain était très sec. Pour la première fois de l'année, notre position sur la piste nous a avantagé. Nous n'avons pas eu de poussière ce qui nous a permis de creuser de suite l'écart avec les autres concurrents. L'autre pilote Axonais, Michel Caze, était victime d'une sortie de route dans cette 1ère spéciale. Gêné par la poussière, il n'a pas vu assez tôt une courbe. L'équipe est indemne mais il a du abandonner. Sur ce fait de course, la direction de course décide de stopper la spéciale et de réfléchir à une solution pour que les équipages soient moins gêné par la poussière. De nombreuses rumeurs ont persistées toute la journée sur l'annulation pure et simple de la spéciale même pour les équipage ayant parcouru la spéciale ce qui a mis une ambiance étrange entres les pilotes pour ou contre cette annulation.

Dans la spéciale n° 2, les équipages s'élancent toutes 2 min pour permettre à la poussière de retomber. Nous faisons le 2nd temps à 0.2s d'Urrutia. François Hirigoyen est très rapide avec son BMC. Il réalise le 3ème temps devant Pierrine et Castan.

Dans le 2nd passage de Bonnut, nous faisons le 2eme temps à 1,5s de Manu Castan mais on touche un arbre à la sortie du dernier bois et nous endommageons le coté gauche de la carrosserie. Cette touchette nous déconcentre et il nous faudra quelques kilomètres pour retrouver le bon rythme.

Apres une coupure de 1h30, nous sommes allé faire la spéciale de Loubieg. Nous réalisons de nouveau le 2nd temps à 1''8s d'Urrutia. La spéciale est vraiment difficile pour nous. Les côtes ne sont pas à notre avantage. Il faut attaquer fort pour éviter de perdre trop de temps.

Dans la spéciale de Rentetsac, nous perdons les freins arrière au tiers de la spéciale. Nous sommes obligés de lever le pied et nous perdons 11s d'un coup. Nous identifions facilement le problème à l'assistance et nous réparons. En fait, une pierre s'est bloquée entre la jante et le raccord. Le raccord s'est déserré et nous avons fait rentré de l'air dans le circuit et plus on freinait, plus on fait rentrer de l'air de le circuit. Le scrtach est réalisé par Urrutia devant Hirigoyen et Castan. Urrutia rentre au parc d'assistance avec un moteur en surchauffe. Il a un problème dans le circuit de refroidissement: le radiateur est froid mais le moteur est en surchauffe. Bien sûr, les 2 frères jouent la sécurité et rendent leur carnet.

Dans le 2nd passage de Loubieg, nous faisons le 3ème temps. C'est Alain Pierrine qui se déchaine et effectue le temps scratch devant Manu Castan. Nous sommes à 4.2s.

Copyright Fane AdonfDans l'ultime spéciale de la journée, nous faisons une erreur sur notre choix de pneus et nous concédons 3,4s. Au terme de cette journée, notre régularité paie. Nous sommes leader avec 37s d'avance sur Alain Pierrine et 43s sur Manu Castan. Ces écarts sont provisoires, car une réclamation émane de l'équipage Castan afin de contester le temps de la spéciale n° 1. En effet, dans cette spéciale, Manu Castan s'est immobilisé 20s pour porter assistance à Michael Caze, le commissaire en place n'a pas voulu signer leur carnet et ils n'ont pas bénéficié d'un temps forfaitaire. A noter aussi que dans cette même spaciale, Manu a aussi fait un tout droit et perdu 10s de son propre chef. Affaire à suivre.

La pluie est attendue durant la nuit et elle arrive vers 3h du matin. Dimanche matin, le terrain est rendu glissant par cette pluie nocturne. Dans la 1ère spéciale, nous faisons le scratch et nous mettons 5s à Castan et 10s à Pierrine. François Hirigoyen sort de la piste dans cette spéciale et les 5 équipages qui suivent sont neutralisés.

Dans Lanneplaa1,  nous enfonçons le clou signant de nouveau le meilleur temps. Pierrine est à 2''1s et Castan à 6''2s. Bastien Morisse est très rapide, il réalise le 4ème temps de Mathieur Hirigoyen et Damien Pocheluberry.

Dans Saint Suzanne 2, 1km apèrs le départ, on passe à fond une compression, l'auto décolle beaucoup plus que lors du premier passage. A l'arrivée, nous perdons 10''8s d'un coup. Nous sommes un peu surpris par cet écart important. Peu avant de repartir, nous détectons un fuite sur l'avant de l'auto avec une odeur de gazoil. Pourtant, j'en suis sûr, le Honda fonctionne bien au 98. En fait, l'amortisseur avant gauche est percé. Une pièce de l'amortisseur a éclaté à l'intérieur. Nous n'avons pas le temps de réparer et surtout nous n'avons pas d'amortisseur. De plus, nous sommes le seul Fouquet 4rm avec un amortisseur par roue à l'avant. François Cazalet vient d'abandonner et nous envoyons son assistance récupérer un amortisseur sur son auto.

Nous partons faire Lanneplaa 2 dans ces conditions. Au bout d'un km, la direction assistée ne résiste pas aux chocs procurés par l'amortisseur cassé, elle se déconnecte. Impossible de la faire repartir. Vincent se bat avec le volant et surveille s'il voit Alain Pierrine arriver derrière nous. De mon côté, je n'ai plus de rétroviseur, il a cassé dans la 1ère spéciale du rallye, et je ne peux regarder derrière que dans le virage à 90°. De plus, le Hans n'est pas un allier et hors de question de me dé-sangler. Vers la fin de la spéciale, je vois Alain dans une épingle. Aussitôt, je le dis à Vincent qui se jette à gauche 10m plus loin pour laisser passer Alain qui était derrière nous depuis 2km. Nous sommes vraiment désolé de l'avoir bloqué, mais il n'est vraiment pas simple de voir à travers notre propre poussière. A l'arrivée de la spéciale, Vincent est exténué, il a les bras tétanisés et le souffle coupé par cette effort physique intense sur les 11km que comptent cette spéciale. De plus, il est gêné d'avoir bloqué Alain et guillaume. Aussitôt, nous allons nous excuser. Nous perdons 1min et nous rétrogradons à la 3ème place du classement. Pour continuer de faire monter la pression, la décision de la direction de course concernant la réclamation de Manu Castan tombe: il bénéficie du 2nd temps scratch à 5s de nous alors que l'équipage le plus rapide était Hirigoyen à 13s lors de ce 1er passage, soit 20s de mieux que le temps qu'il a réellement perdu. Cette décision sème le trouble chez les pilotes et la tension monte un peu. On voit bien que cette décision gêne aussi Manu qui demandait juste qu'on lui retire ses 20s. Peut être que la prochaine fois, il faudra visualiser avec le collège des commissaires la caméra embarquées de la spéciale, s'il y en a une, pour que le collège ait tous les éléments pour prendre une décision la plus juste possible.

A l'assistance nous reconstruisons un amortisseur et nous remettons l'auto en état grâce à la solidarité des pilotes et amis présents. Un grand Merci à François Cazalet, à toute son assistance, à notre assistance ainsi qu'a Michael Caze et François son copilote. Sans eux, nous serions resté au parc d'assistance.

Sur la liaison, Vincent détermine si le comportement de l'auto est acceptable. Ca lui va et il repart à l'attaque dans Saint Suzanne. Nous faisons le meilleur temps 6''8s devant Castan, 9''0s devant Foucart et 9''1s devant Pierrine. Notre retard n'est plus que de 23s à deux spéciales de la fin du rallye et la pluie se remet à tomber abondamment. Ces conditions sont idéales pour nous.

Copyright Fane AdonfBonobre 1, nous partons sur un bon rythme, l'auto se comporte très bien. Le terrain est glissant mais l'auto est agile et légère. Toute la remontée vers l'épingle Droite se fait à fond. Au freinage, l'auto part en glisse, Vincent la rattrape à plusieurs reprises mais lorsque l'on arrive sur l'argile, l'auto tire tout droit dans un pylône EDF en béton. Aussitôt, on essaie de reculer mais un tube est bloqué derrière le pylône.  Au bout de 2min, avec l'aide des spectateurs, nous arrivons à faire marche arrière mais l'auto ne veut plus avancer. En fait, la jante est tordue et elle se bloque sur la rotule inférieur du pivot. De plus le boulon de la rotule est passé à travers la jante. Nous devons nous rendre à l'évidence, notre course est terminée.

La spéciale suivante sera annulée car le pluie redouble d'intensité. C'est donc à 4km de la fin du rallye que notre course s'arrête. Il n'y a rien à regretter. Nous devions attaquer pour refaire notre retard, très souvent ça passe, parfois nous faisons une erreur. Rouler vite pour jouer la gagne avec un petit moteur nécessite d'aller freiner plus tard et passer plus vite en courbe que les autres. A nous d'apprendre de cette erreur. La motivation et le moral sont là.

Le rallye est gagné par Manu Castan en 1h24min14s8'' devant Alain Pierrine +25s2''. En troisième position, Bastien Morisse monte pour la première fois sur un podium de championnat de France. Félicitation à eux.

La prochaine course, le mythique rallye de Cimes, se déroulera au pays basque du 7 au 9 septembre. Pour le moment, nous ne savons pas du tout si nous pourrons aller faire cette course compte tenu des réparations à faire sur l'auto en cette période estival où de nombreux fournisseurs sont fermés.

Mise à jour le Lundi, 06 Août 2012 22:31