Rallye Tout Terrain - Championnat de france

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Rallye des Cimes 2012: Résumé

Envoyer Imprimer PDF

Copyright Fane ADonfLe mythe des Cimes

Quand on aime le rallye Tout Terrain, le rallye des Cimes est un mythe que l'on rêve de faire une fois. On se dit tous, un jour, j'irai faire les Cimes. Cette année, notre sortie effectuée lors du rallye d'Orthez, nous a obligé à aller faire ce mythique rallye des Cimes. Mercredi en fin d'après midi, je prends un avion pour Biarritz afin de rejoindre Vincent qui est sur place depuis lundi matin.

Avec 8 spéciales, je recopie des notes jusque 2h du matin et il m'en manque encore 3. Le week-end sera fatigant. Jeudi matin, direction le plateau d'Iraty à 8h. Le soleil se lève doucement dans la vallée et la montée vers Iraty est super. Toute la matinée, est consacrée aux reconnaissances des spéciales d'Iraty. Petite pause déjeuner en haut d'Iraty puis direction les spéciales de Dimanche.

Vendredi main, direction les vérifications administratives puis on va faire la spéciale de Bois de Bédat. Je ne suis pas dans le rythme (fatigue, chaleur…). Vers 16h30, nous nous élançons pour la 1ère spéciale. Comme en reconnaissances, je ne suis pas dans le rythme. Je passe complètement à côté de la spéciale. Malgré tout, nous faisons le 2nd temps et nous savons que le rallye sera long. Nous devons garder en tête que nous sommes là pour marquer des points.

 

Samedi, direction Iraty par les petites routes. La liaison est longue mais très jolie. Nous décidons de partir en CrossPower. Au bout de 2km, nous ne pouvons pas éviter une très grosse pierre dans la trajectoire. On tord les 2 jantes côté gauche et on crève logiquement. A cela, s'ajoute notre prudence: 39s de perdu. Devant, la course est partie très vite. A l'assistance, nous passons en Technospeed Sport. Avec l'altitude, le moteur est un peu poussif, il éprouve quelques difficultés pour prendre ses tours.

A l'assistance après l'ES3, nous détectons une fuite inquiétante sur l'amortisseur arrière droit. L'huile goute et à la vitesse à laquelle cela coule, l'amortisseur va vite se vider. Nous partons dans l'ES 4 Occabe. Nous en revenons avec 4 roues HS. Pas crevées mais plus utilisables. L'amortisseur est totalement inopérant. l n sert plus à rien. Nous faisons le dernier tour comme ça. En fin de journée, nous devons changer un soufflet sur le cardan arrière droit. Hervé Bidart nous aide précieusement tantdis que notre assistance de choc constitué de François Cazalet et Taouz s'occupe du reste de l'auto. Merci à eux. Devant, Guy Housset a abandonné sur problème de crémaillère de direction et Urrutia a cassé une jante.

Nous descendons d'Iraty à la 6ème place. Sur le routier, Louis Drone, juste derrière nous, nous confirme que l'amortisseur ne sert plus à rien. La roue n'arrête pas de rebondir sur la route… on n'imagine même pas ce que ça doit être dans le chemin. Au parc fermé, nous réfléchissons pour trouver un Ohlins TTX en 640mm. Nous appelons Vincent Demonceau dont la voiture se trouve chez Manu Castan à 500m du parc fermé. Les 2 sont d'accord pour que l'on prenne un amortisseur. Nous allons démonter l'amortisseur. Un petit passage à l'atelier Dronde pour aléser des bagues et retour chez Jean Claude Rattalino qui nous loge. Merci à Vincent demonceau et Manu Castan de leur générosité. Sans eux, on ne serait pas reparti dimanche matin. Tout cela à cause d'un joint neuf d'affectueux (Les amortisseurs sortaient de révision).

Dimanche matin, nous adaptons l'amortisseur sur l'auto car le corps n'est pas aussi grand que sur notre amortisseur. Nous pointons 2min en retard.

Dans l'ES 7, nous devons assurer car nous ne savons pas du tout comment va réagir l'amortisseur sur les grosses sollicitations. Il faudra se méfier toute la journée. Il n'est pas envisageable d'attaquer dans ces conditions pour revenir sur la tête  de course. Notre objectif est de maintenir notre position. Direction Salhagagne: sans solliciter les amortisseurs, il est difficile de rouler. Nous faisons le 14ème temps à 39s du scratch…. Mathieu Hirigoyen revient à 18s.

Copyright Fane ADonfDans Menditte, nous haussons un peu le rythme afin d'envoyer un petit message à Mathieu -) Nous faisons e 6ème temps et nous reprenons 17s d'un coup.  Sur la liaison, dans un chemin en sous bois, nous suivons les 4x4 ouvreurs et nous percutons une souche que l'on ne voyait pas avec le soleil. Résultat, DA cassée. Vincent Foucart fera de même et Couillet arrache un demi train avant sur cette même souche. Aux Cimes, le danger est partout.

ES11: La Madeleine: La mythique montée a été refaite totalement. Nous savons que beaucoup de rallyes se sont perdu dans cette spéciale et plus largement dans les dernières spéciales du rallye des Cimes. Nous assurons et  nous laissons échapper 8''4s sur Mathieu.

Dans l'ES12, Pierrine frappe un grand coup. Il met 11''4s à Dronde. Il prend la tête de la course pour 3''6s. Nous roulons aussi un peu pour reprendre un peu d'air avant l'ultime spéciale. Nous mettons 8''3s à Mathieu. Nous abordons la dernière spéciale assez sereinement.

ES13: La Madeleine 2 : Monter la Madeleine pour l'ultime spéciale du rallye des Cimes. Un rêve que l'on ne réalise pas très bien sur le moment. Nous faisons le début de la spéciale en roulant propre puis nous montons la Madeleine gentiment. En haut, nous apprenons qu'Alain Pierrine a crevé et qu'il perd le rallye au profit de Louis Dronde.

De notre côté, nous rentrons au parc avec 9pts de plus en poche. Nous terminons 6ème et 3ème de classe.

Louis Dronde gagne le rallye devant Alain Pierrine et Didier Iribaren.

En 2rm, Damien Pocheliberry gagne, la 2nde victoire pour cette auto aux Cimes, devant Jérôme Helin et Nicolas Etcheverry.

rendez-vous dans 3 semaines pour le rallye Dunes et Marais, avant dernière épreuve de l'année et 3ème épreuve de la zone nord.

 

Mise à jour le Mardi, 27 Novembre 2012 00:01